Collectivités durables

Le béton, pour des collectivités plus vertes

Les municipalités canadiennes sont confrontées
au constant défi de construire des collectivités
qui comblent les besoins de leurs citoyens
d’aujourd’hui, et ceux des générations futures.
Les industries du ciment et du béton peuvent
aider les municipalités à réaliser leurs objectifs
de développement durable.

Les industries du ciment et du béton peuvent aider les municipalités à réaliser les buts énoncés en vertu des six catégories des Fonds municipaux verts :

  • Planification des collectivités viables
    Créer des collectivités plus saines, respectueuses de l'environnement
  • Réaménagement des sites contaminés
    Transformer de façon rentable des passifs environnementaux en possibilités économiques
  • Énergie
    Contribuer à la construction de routes, bâtiments et infrastructures favorables à l'efficacité énergétique et à l'utilisation de sources d'énergie de remplacement
  • Eau
    Réduire l'écoulement des eaux de pluie grâce à des recouvrements drainants; contribuer à une gestion fiable des eaux de pluie; stocker l'eau grise en toute sécurité en vue de la réutiliser
  • Déchets
    Le béton est un produit réalisé sur mesure, qui produit moins de déchets sur le chantier de construction; il est durable et reconfigurable, et au terme de sa vie utile, il est réutilisable et recyclable
  • Transport durable
    Construire des chaussées et solutions de transports en commun qui sont plus sûres, plus économiques, plus durables, moins exigeantes en entretien et plus efficaces au plan énergétique

Sustainable-Communities-1.jpgSustainable-Communities-1.jpg

Construire aujourd’hui
en pensant à demain

Quelle est la différence entre ciment et béton?

Le ciment, une poudre ultrafine, est l'ingrédient essentiel qui lie le sable et le gravier dans une matrice inerte - représentant habituellement de 9 à 14 p. 100 d'un mélange de béton.

sustdev_image10_fr.gif

Depuis plus d’un siècle, les industries du ciment et du béton ont épaulé les collectivités canadiennes face à de nombreux défis. Nous avons une solide tradition de solutions novatrices en réponse aux besoins des collectivités. Aujourd’hui, les industries du ciment et du béton continuent de présenter de nouvelles technologies efficaces pour relever les défis sociaux, économiques et environnementaux des municipalités et faire en sorte que nos villes et villages répondent mieux aux besoins des générations à venir.

L’utilisation du béton peut aider les municipalités à réaliser leurs objectifs de développement à court terme et à long terme. Le béton peut aider à construire des immeubles et des infrastructures enfouies qui durent plus longtemps, des routes économiques, des réseaux de transport public et des ponts au rendement supérieur, des aqueducs fiables ainsi que des égouts sanitaires et pluviaux de qualité, tout en assurant une plus grande efficacité énergétique au travail et à la maison.

Les industries du ciment et du béton peuvent aussi aider les municipalités à réaliser les buts énoncés par la Fédération canadienne des municipalités en vertu des six catégories des Fonds municipaux verts : planification des collectivités viables, réaménagement des sites contaminés, énergie, eau, déchets et transport durable.

Planification durable des collectivités

Un engagement envers la durabilité

« L’industrie canadienne du
ciment souscrit au principe du
triple bilan et appuie le développement
durable. Dans
cette optique, elle s’efforce,
par des partenariats axés sur
le marketing, les relations
gouvernementales, le génie,
la diffusion d’information et le
soutien technique, de faire
valoir la contribution du ciment
et du béton à la vigueur des
collectivités, à un développement durable
et au maintien d’un environnement sain, ainsi qu’à la
compétitivité de l’économie. »

Source : Rapport Sur La Durabilité De L'industrie Du Ciment Au Canada

Un partenaire naturel

Les partenariats sont essentiels à toute collectivité durable. Les bons partenariats apportent des ressources et une vision élargie utiles au projet. Les industries du ciment et du béton sont des partenaires naturels pour les municipalités, puisqu’elles ont en commun l’intérêt d’assurer le succès de leur propre collectivité. Comme elles possèdent des connaissances et des solutions qui peuvent aider les collectivités à réaliser leurs buts de développement durable, il est logique d’inviter ces industries à participer à la planification de toute collectivité durable.

Des problèmes mondiaux…

Dans le cadre de l'initiative ciment pour le développement durable du World Business Council on Sustainable Development, des cimentiers canadiens se sont associés à un projet d'envergure mondiale pour s'attaquer aux facteurs qui touchent le climat planétaire, améliorer la santé et la sécurité des travailleurs, réduire les émissions et utiliser combustibles et matières premières de façon responsable.

…des solutions locales

Au Canada, les producteurs de ciment et de béton coopèrent avec les collectivités et les gouvernements pour créer une société vigoureuse et prospère tout en aidant à respecter l'environnement naturel.

Aider à planifier le développement

La densification des centres-villes et la gestion du développement urbain sont des buts municipaux pour lesquels les industries du ciment et du béton peuvent apporter des solutions novatrices. Les solutions durables et économiques en béton permettent de mieux planifier les infrastructures et stationnements souterrains, les chaussées ainsi que les bâtiments et structures servant à diverses fins.

Une infrastructure construite pour durer

Lorsqu'elles prennent la décision initiale à l'égard de tout investissement dans l'infrastructure, les collectivités doivent tenir compte du coût total tout au long de sa vie utile - y compris les coûts d'entretien, d'exploitation et de disposition en fin de vie. En tant que matériau de construction durable, le béton est excellent à tous ces points de vue.

Une approche prévoyant l'analyse des coûts du cycle de vie (ACCV) est le seul moyen de combler le déficit d'infrastructure d'une façon responsable. L'ACCV crée un cadre de décision tourné vers l'avenir, qui aide les gouvernements à évaluer les coûts d'une route sur toute sa vie plutôt que de considérer uniquement le coût initial de construction. Dans l'ACCV, le revêtement en béton est souvent moins coûteux qu'une surface en asphalte.

Réaménagement

SC-1.jpg

Vu l'attrait qu'exercent les zones résidentielles et commerciales qui sont vivantes et accueillantes pour les piétons, de nombreux sites abandonnés mais bien situés sont aujourd'hui réaménagés. Souvent, ces propriétés sont demeurées vacantes pendant des années parce qu'elles ont été contaminées par une utilisation industrielle antérieure. L'assainissement environnemental et l'investissement dans ces propriétés peuvent être rentables. L'industrie du ciment offre une solution économique pour la réhabilitation des sites contaminés, aidant les collectivités à éviter ou reporter les coûts de l'aménagement des services dans de nouvelles zones.

Transformer des passifs en possibilités

La technologie du traitement solidification et stabilisation (s/s) peut transformer des passifs environnementaux en possibilités économiques. Il s'agit d'une méthode éprouvée de traitement des déchets dangereux en vue de leur élimination et de la réhabilitation d'un site au sol contaminé. Le traitement s/s est une option économique pour le réaménagement de friches industrielles puisque les déchets du lieu qui ont été traités peuvent être expédiés en toute sécurité dans un site d'enfouissement ou demeurer sur place pour être utilisés pour fins de construction.

Le procédé

Le traitement consiste à incorporer du ciment au sol, aux sédiments ou aux déchets dangereux. Le ciment réagit chimiquement avec l'eau contenue dans la matière traitée, transformant ses propriétés physiques et chimiques. Le traitement s/s protège la santé humaine et l'environnement en immobilisant les composantes dangereuses de la matière traitée, empêchant la migration de contaminants dans l'environnement naturel. On peut ainsi traiter une grande variété de contaminants dans une vaste gamme de matières contaminées. De la terre, des sédiments et des boues contenant des contaminants tant organiques qu'inorganiques ont été traités avec succès grâce à cette technologie polyvalente.

Un moyen sûr et économique de réhabiliter des friches industrielles

Lorsqu'il est mis en oeuvre sur place, le traitement s/s élimine le coût et les risques associés au transport de matières dangereuses tout en améliorant les conditions physiques des sites et en réduisant le besoin en matériau de remblayage lors d'une construction ultérieure. Dans certains cas, la solution s/s ne revient qu'à la moitié du coût d'autres technologies de traitement ou du transport des matières dangereuses en vue de leur élimination.

Le traitement s/s est utilisé depuis les années 1950 pour traiter des déchets radioactifs et depuis les années 1970 pour traiter des déchets chimiques dangereux. Au fil des ans, des innovations dans les méthodes de mélange et dans les additifs ont permis d'appliquer le traitement s/s à une plus grande variété de conditions des sites et de contaminants. La s/s est de plus en plus utilisée pour traiter le sol et les sédiments contaminés en les maintenant sur place (in situ). Le traitement in situ permet la réutilisation du matériau traité, ce qui contribue à l'aménagement durable du site.

Énergie

SC-2.jpg

Le centre Earth Rangers, à Woodbridge
(Ontario), compte neuf tuyaux de béton
souterrains de 20 mètres de longueur.
Enfouis sous le niveau de pénétration
du gel, ils conditionnent l’air avant qu’il
n’entre dans l’installation de traitement
de l’air du bâtiment. Ils réduisent ainsi
sensiblement les besoins en énergie.

La recherche de solutions de rechange en matière d'énergie

L'énergie est une grande source de préoccupation pour les Canadiens vu la fluctuation des coûts, la sensibilisation accrue aux émissions de gaz à effet de serre et les inquiétudes au sujet de l'approvisionnement.

Les collectivités recherchent activement de nouveaux moyens de chauffer et climatiser leurs bâtiments ainsi que de faire fonctionner leurs véhicules afin de réduire leur consommation de carburants fossiles. Parmi les solutions disponibles aujourd'hui figurent l'énergie solaire passive et active, le captage du méthane de source animale ou des déchets organiques pour le convertir en énergie, l'éolien et l'utilisation de l'eau des lacs et rivières à proximité dans les installations de refroidissement.

Chauffage et climatisation naturels

Le béton, pierre artificielle, absorbe la chaleur le jour et la dégage la nuit alors que le bâtiment se rafraîchit. De nouvelles conceptions créatrices des bâtiments tirent le meilleur parti possible des propriétés du béton, permettant d'améliorer l'efficacité énergétique, surtout en combinaison avec la lumière du jour et les technologies de captage d'énergie. Grâce à ses propriétés de masse thermique, le béton peut être un partenaire parfait de l'énergie solaire passive absorbée par les fenêtres.

Le béton peut aider à rafraîchir les bâtiments au moyen de tuyaux situés dans les murs ou les planchers de la structure où circule de l'eau de sources, et réduisant la température intérieure par temps chaud. Il peut aussi capter l'énergie thermique solaire pour réchauffer des dispositifs de chauffage radiant enfouis dans le béton du plancher ou des murs, de façon à constituer une solution énergétique supérieure et confortable.

Des tuyaux de béton souterrains peuvent aussi capter la chaleur de la terre, aidant à réduire les besoins en énergie aux périodes froides de l'année.

Le béton : partenaire idéal de l'énergie de remplacement

Le béton est utilisé dans la construction de nombreuses structures servant aux sources d'énergie de remplacement et participe à leur rendement. Il sert comme fondation aux turbines éoliennes, il contient les déchets animaux ou organiques et la biomasse qui sont convertis en énergie, il emmagasine l'énergie thermique solaire et il est utilisé dans la construction de barrages hydroélectriques et de centrales nucléaires.

 

SC-3.jpg

Le béton a été largement utilisé dans la construction du Musée canadien de la guerre à Ottawa (Ontario). C'était le matériau de choix pour une structure de toit supportant un pied de terre végétale. Ce toit est garni d'herbes indigènes auto-ensemencées. Le toit assure une isolation thermique supérieure au minimum exigé par le code du bâtiment; il est le plus grand toit vert (10 684 m2) de son genre en Amérique du Nord.

Eau

Les gouvernements municipaux, régionaux et provinciaux forment souvent des partenariats pour rechercher des économies. Que ce soit en matière de cueillette et de traitement des eaux usées, de gestion de l'écoulement des eaux de pluie, de traitement et de distribution de l'eau potable, de gestion des bassins hydrographiques ou de stockage et de réutilisation des eaux grises, le béton leur offre d'excellentes solutions.

Choix du béton pour la gestion de l'eau

Le béton est un moyen sûr et fiable de contenir les eaux usées en vue de leur traitement tout en évitant que des polluants ne s'infiltrent dans la nappe phréatique.

Gestion des eaux de pluie - une solution qui a fait ses preuves

Les égouts pluviaux et autres installations de gestion des eaux pluviales construits en béton sont faits pour durer. Les produits de drainage en béton sont durables et fiables, et rapidement mis en place. Ils ne brûlent pas, ne se corrodent pas prématurément, ne fléchissent pas, ne perdent pas leur niveau. Les joints sont étudiés pour résister à l'infiltration et aux fuites. Les tuyaux et ponceaux en béton durent pendant des générations.

Toits verts

SC-4.jpg

Le béton présente une surface résistante, unie et impénétrable convenant idéalement au soutien d'un toit vert. Depuis longtemps utilisé dans les structures servant à contenir l'eau, le béton procure la résistance et la durabilité qu'exige un toit vert en raison des charges du sol, de la végétation et de l'eau. En outre, les toits rigides en béton garantissent que les rainures spécialement étudiées pour assurer le drainage d'un toit vert persisteront pendant toute la vie utile de la structure.

Gestion des bassins hydrographiques

Renvoyer l'eau naturellement à la nappe phréatique

Un pavage en béton drainant peut être utilisé pour les chaussées peu chargées, acheminant l'eau de pluie vers la nappe phréatique plutôt que dans les égouts pluviaux. Le béton ne contamine pas l'eau de pluie.

Stockage et réutilisation des eaux grises

Les eaux grises excédentaires peuvent être stockées en toute sécurité dans des bassins, puis réutilisées par exemple dans des installations d'irrigation ou les installations sanitaires.

Déchets

SC-5.jpg

Les déchets de construction peuvent encombrer les sites d'enfouissement. Le béton produit peu de déchets sur les chantiers.

Réutilisable, recyclable

Des structures de béton bien conçues sont construites pour durer et peuvent être rénovées pour répondre aux besoins de nouveaux utilisateurs. Une fois qu'une structure de béton arrive au terme de sa vie utile, le béton est recyclable à 100 %. Il peut être broyé et servir de remblayage, et certains produits en béton préfabriqués peuvent être réutilisés.

Élément de la solution aux déchets

L'industrie du ciment préconise des pratiques novatrices de gestion des déchets comprenant la récupération de l'énergie. Elle possède en la matière une vaste expérience à l'échelle mondiale. Divers déchets et d'autres sources d'énergie de remplacement peuvent se substituer aux combustibles fossiles dans la production du ciment. On peut ainsi réduire les émissions atmosphériques et la demande en matières premières vierges.

Transport

SC-6.jpg

Pour les réseaux de transport en commun surélevés ou souterrains, la durabilité et la souplesse architecturale du béton en font une solution idéale.

Photo: Bombardier

La congestion routière dans nos centres-villes rend nécessaire des réseaux de transport en commun plus efficaces. De nouveaux projets sont construits à travers le pays pour une variété de moyens de transport : trains légers, trains lourds, autobus urbains, autobus express et monorails. Dans tous les cas, le béton participe à leur efficacité.

Les ingénieurs, les propriétaires et le public comptent sur la résistance et l'adaptabilité du béton pour assurer la fiabilité, l'agrément et la sécurité des transports. Le béton joue un rôle de premier plan pour ce qui est d'aider les centres urbains à réduire la congestion, au profit de l'environnement.

Une solution aux coûts croissants de la construction routière

Partout au Canada, les infrastructures municipales des transports souffrent de la hausse du trafic. En même temps, le coût du pétrole, un ingrédient majeur de l'asphalte, cause des soucis. Il y a pourtant un autre revêtement qui mérite l'attention : le béton.

Le béton, la voie du développement durable

Le béton est un matériau rigide, favorable à l'économie de carburant, durable et viable. Ce qu'on a souvent oublié est que le béton est aussi une solution de pavage économique qui est largement utilisée aux États-Unis et en Europe. Plusieurs villes canadiennes utilisent le revêtement en béton par exemple pour des routes à forte circulation, des intersections et des arrêts d'autobus.

Le Conseil national de recherches du Canada a déterminé que des camions lourdement chargés consomment moins de carburant - et émettent moins de CO2 - sur des revêtements en béton. Les économies varient de 0,8 % à 6,9 %.

Le béton consomme moins d'énergie

L'Athena Sustainable Materials Institute a comparé les coûts du cycle de vie de chaussées équivalentes en béton et en asphalte sur une grand-route canadienne typique à forte circulation. Sur 50 ans, l'énergie intrinsèque nécessaire à la construction, l'entretien et la réhabilitation d'une chaussée en asphalte est trois fois plus importante que pour son équivalent en béton.

Un revêtement économique en béton dure plus longtemps

De nombreuses municipalités recherchent des moyens de réduire les besoins en travaux routiers. Les contribuables exigent un meilleur rendement de leurs chaussées et sont moins tolérants au dérangement.

Le coût réel de construction d'une route comprend bien plus que le coût initial de la construction. Il y a aussi les coûts d'entretien, de réhabilitation, de reconstruction et de récupération ainsi que le coût pour les contribuables des perturbations de la circulation. Le fait de reconnaître l'infrastructure comme un précieux actif de la municipalité amènera à choisir le béton plus souvent.

Effet d'îlot thermique urbain

L'été, il peut faire quelques degrés plus chaud dans les grandes villes que dans les régions environnantes, en raison de la chaleur absorbée par les surfaces sombres comme les recouvrements en asphalte. Cette augmentation de la température, que l'on appelle effet d'îlot thermique urbain, peut être réduite en utilisant un pavage en béton - en raison de sa couleur claire et de sa capacité de réfléchir la chaleur.

pdf Sustainable Communities_F 1.09 Mb